Différentes croyances sur le Destin – et comment ces mentalités auront un impact sur notre famille Partie 2

par | Jan 16, 2019 | Développement personnel, Vie Chretienne

La mentalité de la classe moyenne

 

Dans le dernier article, nous avons vu que notre perception du monde est grandement influencée par notre éducation, le contexte dans lequel nous vivons, que ce soit la pauvreté, la classe moyenne ou la richesse.

Nous avons vu que la richesse n’est pas égale à la fortune ou à la possession, mais plutôt à une mentalité qui influence chaque aspect de notre vie.

Comment nous voyons Dieu, nous-mêmes et les autres.

Aujourd’hui, nous allons nous plonger dans le monde de la classe moyenne, en traitant le même sujet :

Le destin. 

Comme nous pouvons le voir sur ce tableau, il y a aussi de nombreuses croyances spécifiques et des règles cachées dans cette classe. Si vous avez grandi dans cette classe, vous pourriez trouver cette vision du monde “normale” et peut-être même la seule qui soit correcte. Cependant, ce tableau ne vise pas à déterminer ce qui est bien ou mal, mais simplement à montrer les différences dans les expériences de vie, les systèmes de croyances et les mentalités. 

Comme l’explique Caroline Leaf dans son livre “Think, Learn, Succeed“, chapitre 1” (Penser, apprendre, réussir) : 

“Un état d’esprit est une attitude, ou un ensemble de pensées avec des informations et des émotions attachées qui génèrent une perception particulière. Ils façonnent la façon dont vous voyez le monde et dont vous interagissez avec lui. Ils peuvent vous catapulter en avant, vous permettant de réaliser vos rêves, ou vous mettre en marche arrière si vous ne faites pas attention.” 

Comme nous l’avons vu, le sujet du destin est perçu assez différemment entre les différentes classes, selon les mentalités.

Destiny :

Pauvreté : Croit au destin. Impuissant à changer grande chose.

La classe moyenne : Croit au choix. Le pouvoir de changer l’avenir avec de bonnes décisions aujourd’hui.

Fortune : Noblesse oblige – Ils ne luttent pas pour un destin, leur vie en est déjà un. Ils sont conscients de leur obligation morale et de leur position sociale puissante. C’est quelque chose d’héréditaire, d’agir avec honneur, gentillesse, générosité, etc. (1)

L’une des principales différences de la mentalité d’une classe moyenne est la suivante

  1. Le pouvoir du choix

La classe moyenne à une interaction beaucoup plus puissante avec la vie.

Ils savent qu’ils ont une part active dans la vie. Il est bien clair que leur destin et  la qualité de leur vie seront influencées par la qualité de leur choix.

Je me souviens encore à quel point j’étais choqué quand j’ai compris que les situations dans ma propre vie, qui ont mal tourné, étaient principalement dues à mon système de croyances, à ma mentalité, pas à celle de Dieu.

Avant cela, je me sentais comme une victime, je sentais que Dieu n’avait pas fait ce qu’il avait promis de faire, qu’il m’avait laissé tomber – ou que j’étais simplement un échec.

 Dans le passé, il y a eu différentes situations qui ont abouti au désastre. Des situations dans lesquelles j’ai senti que Dieu a choisi de ne pas m’aider. 

Quand je suis entré dans la réalité que j’ai un grand rôle à jouer dans le plan de Dieu – que mon attitude, mes décisions, ma façon de me comporter et de traiter les gens font une grande différence dans le résultat de ces situations – je suis entré dans une saison de découverte et de compréhension – et dans le deuil. Il y avait comme un film, jouant devant mes yeux intérieurs sur les nombreuses situations qui ont mal tourné dans ma vie – en les voyant toutes à travers un autre angle. J’ai soudain compris que ce n’était pas Dieu qui m’avait lâché, ni lui qui m’avait menti, mais moi qui avais tout foutu en l’air à cause de ma mentalité et mon système de croyance.

Cette compréhension a changé ma vie.

Comprendre cela m’a permis de faire un pas de géant pour me sortir de cet état d’esprit de la pauvreté.

  1. La classe moyenne n’est pas connue comme la classe ouvrière pour rien.

Les gens qui ont cet état d’esprit savent donc qu’ils ont un grand rôle à jouer dans leur propre réussite. Travailler est un moyen important d’améliorer leur vie, de conserver – et d’élargir leur liberté.

Comme j’ai mentionné plus haut, cette compréhension a changé ma vie d’une grande façon.

Cependant, c’est souvent le travail et la réussite qui motivent les gens dans cet état d’esprit dans la vie.

Par conséquent, la valeur de  la performance influe sur bon nombre de leurs décisions.

C’est ainsi que beaucoup de chrétiens sont en relation avec Dieu.

Parce que Dieu leur a donné une bonne éducation et une vie meilleure que celle de beaucoup de gens dans ce monde, ils sentent qu’Il s’attend à ce qu’ils soient maintenant de bons ouvriers dans Son royaume.

Les plans et les projets sont remplis de travail et de performances. Plus nous accomplissons “pour Dieu”, plus notre vie est réussie.

 Le sentiment caché à propos de Dieu est :

“Dieu aime tout le monde, mais il aime vraiment ceux qui réussissent”

L’idée du destin est :

“Si je travaille un peu plus dur, j’obtiendrai plus et Dieu sera heureux”

 “Si un untel n’a pas une bonne vie, c’est qu’il est trop paresseux”

 “J’ai une belle vie parce que j’ai pris  de bonnes décisions.”

3. Le genre de conseiller que  l’on a 

Les personnes vivant dans un état d’esprit de pauvreté seront entourés d’amis du même état d’esprit.

 Ces amis sont ses conseillers lorsque la vie n’est pas juste, lorsque la personne est déprimée  ou a besoin d’un conseil pour prendre une décision. Une telle personne ne verra pas la différence entre les gens qui pourraient vraiment l’aider dans cette situation et ceux qui sont aux prises avec les mêmes problèmes.

Ensemble, ils parlent négativement de tous ceux qui ont une vision du monde différente, surtout des “paresseux” dans la misère ou encore des riches – car leur vision du monde leur est étrangère et ils pensent souvent qu’il est injuste qu’ils aient plus de ressources  qu’eux – car ces personnes travaillent souvent moins  qu’eux. 

Même si ceux d’entre  nous qui vivons dans cet état d’esprit de la classe moyenne ont plus de liberté, une meilleure compréhension des responsabilités et des choix personnels et plus de ressources que ceux qui vivent dans la pauvreté, nous avons aussi des limites.

Nous avons un certain montant que nous pouvons dépenser. Une qualité et une marque que nous pouvons nous permettre. Cependant, il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons que souhaiter ou pour lesquelles nous ne pouvons que travailler avec acharnement afin que la prochaine génération puisse s’y engager. 

Les décisions qui impliquent de grandes ressources comme les voyages, l’achat d’une maison – ou même de plus grandes ressources émotionnelles ou mentales comme diriger une entreprise, fonder  une association, être une personnalité politique importante, devenir une personne influente dans les médias ou  l’éducation sont encore hors de portée pour beaucoup dans la classe moyenne.

De toutes les classes,  c’est celle qui risque le plus de souffrir de burnout.

Plusieurs fois dans ma vie, j’ai été confronté aux limites qu’un état d’esprit peut créer.

Le défi le plus récent était de créer ce site Web. Simplement parce que c’était un pas hors de ma zone de confort.  Un pas hors de ma mentalité. Un pas en dehors de cette croyance que je n’ai rien à dire ou que personne ne sera intéressé par mes pensées et expériences, ma perception de Dieu, ma famille et ma vie. 

Ce faisant, je suis entré dans un processus continu de prise de conscience que j’ai beaucoup à donner, que ce que j’ai à donner est apprécié et qu’il aide de nombreux lecteurs à travers le monde.

Pour ainsi dire, j’entre dans une nouvelle réalité, un nouvel état d’esprit…… Et je le vis comme une chose magnifique !

Dans le prochain article, nous examinerons l’état d’esprit de la richesse.

Je vais expliquer pourquoi j’apprends à grandir dans une telle mentalité.

Ceux d’entre vous qui ont lu mes articles ou qui me connaissent personnellement savent peut-être que je ne suis pas du tout le genre de personne qui aime le luxe.

Si je pouvais choisir, je préférerais certainement passer mes nuits au milieu de la jungle ou sur une plage déserte, à regarder les étoiles, plutôt que de me payer un hôtel de luxe dans un endroit de luxe dans ce monde.

Pendant que je vivais en Bolivie, j’ai évité tous ces lieux touristiques et j’ai aimé manger les plats traditionnels, apprendre comment ils vivent.

Je me souviens encore du jour où je suis sorti tout seul dans ce restaurant de rue où on vendait des cœurs de bœuf grillés sur un bâ​tonnet, un plat appelé “anticuchos”. Je me suis assis à  une petite table et j’ai apprécié mon repas. Le propriétaire du restaurant a appelé des gens à proximité et ils me regardaient tous, étonnés : une “Gringa” mangeant des anticuchos dans leur restaurant !

La raison pour laquelle je vous dis tout cela, c’est pour vous rassurer que mon prochain article ne portera pas sur la façon de devenir riche ou sur les raisons pour lesquelles il est mauvais d’être dans la classe pauvre ou moyenne. Je n’écrirai pas sur une mentalité de prospérité.

Je vais plutôt vous expliquer pourquoi je suis en train de grandir dans un état d’esprit de  richesse et de quoi il s’agit.

 

Quelques aperçus sont tirés du livre “la pratique de l’honneur“, écrit par Danny Silk

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :