Comment reconnaître la honte et acquérir une nouvelle liberté dans ta vie et celle de ta famille premiere partie – avec video –

par | Juin 6, 2020 | Développement personnel, Vie de famille | 0 commentaires

La semaine dernière, j’ai publié une vidéo sur mon autre site web, freedomthatmatters.com. Le sujet portait sur la honte et sur la façon dont j’ai appris à ne pas laisser la honte diriger ma vie. J’ai reçu plusieurs commentaires de personnes qui ont partagé leur lutte avec la honte.
La honte ne s’arrête pas devant un certain milieu social, une certaine intelligence, beauté ou capacité. La honte se faufile et se déguise en “normal” et “vérité”.

Aujourd’hui, je voudrais approfondir une fois de plus le sujet, davantage du point de vue d’une famille. Je partagerai les modèles communs aux personnes et aux familles qui vivent la vie à travers les lunettes de la honte.

Plus je sors de la honte, plus je marche dans la belle liberté d’une vie qui n’est pas facile, mais qui vaut la peine d’être vécue, avec tant de façons d’être une bénédiction et d’être béni par ceux qui nous entourent…. Plus je reconnais certains réponses basées sur la honte, que les gens donnent à la vie, aux circonstances et aux autres personnes.

Et parce que je sais ce que l’on ressent, parce que je sais comment cette honte peut former et donner forme à notre réalité, je suis profondément ému de voir des gens en sortir et embrasser la vérité – la vérité de Dieu – de leur valeur, de leur intérêt et de leur importance, l’honneur et la dignité que lui seul est capable de donner.

La honte est bien connue de beaucoup d’entre nous. Si bien connue, qu’elle semble naturelle et si naturelle, que la plupart des gens pensent qu’elle leur est propre et qu’ils sont défectueux et c’est pourquoi ils se sentent ainsi.

C’est pourquoi de nombreuses familles ont des schémas basés sur la honte.

Ce n’est pas quelque chose que l’on choisit en disant cela :

“Eh bien, quant à moi et ma famille, nous allons vivre par la honte ! “

La honte va plutôt dominer nos vies jusqu’au jour où nous le découvrirons et choisirons de marcher pas à pas vers la liberté.

J’ai grandi dans une famille qui était accablée par la honte. Mes deux parents m’ont appris cette façon de penser et de ressentir à propos de nous-mêmes, des autres, de Dieu et des situations, cette perspective de voir le monde et tout ce qui se passe à travers la honte.

Il y a quelque temps, j’ai découvert un livre de Jeff VanVonderen, intitulé

“Tired of trying to measure up”
(Fatigué d’essayer de se mesurer) “.

Alors que je parlais avec une amie, qui a également lu ce livre, elle me disait : “Tu sais Jeanne, je pensais que je suis unique pour ressentir ce que je ressens et maintenant j’ai découvert que ma pensée s’inscrit dans un mode de pensée qui est filtré par la honte !

C’est pourquoi j’ai décidé de te fournir les 15 points mentionnés dans ce livre, avec lesquels les personnes qui voient leur vie à travers la honte, peuvent s’identifier (certains points en plus, d’autres en moins).

Les phrases que j’ajoute directement à partir du livre seront en italique et toutes sont tirées du chapitre 2 “What’s wrong with me ?

Pour te montrer ce que j’entends exactement par “voir la vie à travers les lunettes de la honte”, considérons les situations suivantes :

L’individualité est une chose qui vous fait peur, si tu vois la vie à travers les lunettes de la honte. Tu as du mal à te sentir à l’aise avec le fait que chacun est unique, différent et honorable dans sa façon d’être.

Supposons que tu aies un point de vue sur quelque chose et que j’aie un autre point de vue. Les gens, libérés de la honte et à l’aise dans leur individualité, se rendront compte :

“J’ai un point de vue, l’autre personne a un point de vue et c’est tout à fait normal si ce n’est pas le même point de vue”.

Cependant, si tu vois les choses sous l’angle de la honte, tu peux penser :

 

  •  “Jeanne pense que quelque chose ne va pas chez moi parce que j’ai un autre point de vue.”
  • Je ne suis pas d’accord avec toi” se traduit par ” Tu es stupide de penser comme tu le fais.
  • Faire une erreur se traduit par :  “Je suis moins une personne.”
  • Renverser son lait se traduit par : “Je suis un incapable.”
  • Quelqu’un d’autre ayant un certain nombre de circonstances positives (une promotion, une nouvelle voiture, avoir trouvé un conjoint) se traduit par :  “Dieu ne doit pas m’aimer autant qu’eux.
  • La mauvaise conduite de tes enfants se traduit par : “Je suis un mauvais parent.
  • Ton incapacité à respecter une quelconque “formule chrétienne” se traduit par “Je suis un chrétien défectueux.”
  • Le sentiment de tristesse de ton conjoint se traduit par : : “Je suis un piètre époux.
  • Le fait que tes parents soient contrariés se traduit par  : “Je suis un échec en tant qu’enfant.
Est-ce que tu peux voir le schéma ?

Voyons maintenant ces traits auxquels mon amie qui a lu ce livre pouvait s’identifier, comment elle en est arrivée au point où elle a été choquée de comprendre que la honte a une grande part dans ce qu’elle ressent dans la vie :

Dans cet article, j’en mentionnerai cinq, dans le prochain article, nous verrons les dix autres :

    1. Tu utilises beaucoup de ” discours intérieur ” négatif.
    2. Tu ne te permets pas de faire des erreurs (ou de les admettre).
    3. Tu es sur responsable.
    4. Tu ne fais pas confiance à ton “radar”.
    5. Tu établis des limites inappropriées.
    6. Tu agis comme une victime.
    7. Tu as tendance à “coder” quand tu communiques.
    8. Tu souffres de maladies liées au stress.
    9. Tu ne peux pas t’amuser sans culpabilité.
    10. Tu agis d’une maniere qui parait contradictoire.
    11. Tu ne peux pas très biengérer les cadeaux.
    12. Tu sabotes ton propre succès.
    13. Tu procrastines.
    14. Tu es possessionnelle dans les relations.
    15. Tu as un grand besoin de contrôle.
Regardons les points un par un :
1. TU UTILISES BEAUCOUP DE ” DISCOURS INTÉRIEUR ” NÉGATIF. 

Tu es très dur avec toi-même.

  • “Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ?”
  • “Comment j’ai pu être aussi stupide ?”
  • “Qui suis-je pour croire que cette personne pourrait être mon amie ?”
  • “Tout est de ma faute”
  • “Peu importe ce que je ressens !”
  • “Je suis un tel raté !”
  • “Je ne serai jamais capable de…”
  • “Personne ne se soucie de ce que j’éprouve !”
  • “Personne ne sait vraiment qui je suis” (et s’ils le faisaient, ils me déclareraient non aimable)

Tout le monde éprouve des frustrations et tout le monde aura des doutes sur ses capacités. Cependant, ce genre de discours te condamne et de dévaloriser en tant que personne.

2. TU NE TE PERMETS PAS DE FAIRE DES ERREURS (OU DE LES ADMETTRE).

Tu ne peux pas faire d’erreur, pour la simple raison que tu éprouves que l’erreur détermine qui tu es. Au lieu de pouvoir dire : “Oh, j’ai fait une erreur, je suis désolé” et de continuer, en grandissant et en mûrissant, ton sentiment général est : “Je suis un tel raté” !

Par conséquent, les erreurs doivent être “niées, expliquées, justifiées, minimisées, rationalisées ou imputées à quelqu’un d’autre”.

Cette croyance t’empêche d’apprendre de tes erreurs et d’avancer.

3.TU ES SUR RESPONSABLE.

“S’il y a un problème, tu dois l’avoir causé (même si tu ne sais pas comment). S’il y a une crise, tu es censé la résoudre (même si le passé t’a enseigné que tu échoueras probablement). C’est ton travail de t’assurer que tout le monde est heureux, que personne n’est déçu, que ses besoins sont satisfaits et que le monde entier est en paix”. 

  1. TU NE FAIS PAS CONFIANCE À TON “RADAR”.

    Tu n’es jamais sûr de pouvoir te fier à ta perception sur à peu près tout.

    Tu as appris à ne pas dire ce que tu penses (qui es-tu pour penser et éprouver ?) et à faire plus confiance à ceux qui sont au-dessus de toi qu’à toi-même (car ils doivent être plus capables que toi) – et tu te condamnes pour voir les choses. (“Ça doit être moi. Je dois avoir un esprit critique”)

  1. TU ÉTABLIS DES LIMITES INAPPROPRIÉES.  

    Parce que les personnes qui grandissent dans un système basé sur la honte ne sont pas autorisées à avoir des limites, elles n’ont jamais pu apprendre comment les fixer.

    Si tu as grandi de cette façon, tu auras du mal à croire que tu as le droit d’avoir tes propres limites ; il est donc très difficile pour toi de savoir quand les fixer et de quelle manière. Les relations sont exigeantes parce qu’elles nécessitent des limites pour garder à distance ceux qui vous feront continuellement du mal et pour laisser s’approcher ceux à qui tu considères comme sûrs.

Est-ce que tu t’es reconnu d’une manière ou d’une autre ?

Tu vois, découvrir la honte est une étape importante pour s’en débarrasser. Tant que tu crois que c’est ce que tu es, il n’y a pas moyen de s’en débarrasser.

Plus tu approfondis le sujet, plus tu te rendras compte des domaines dans lesquels la honte a influencé ta vie. Je t’encourage à choisir de te lever contre la honte ; c’est un mensonge, c’est une chaîne qui t’empêche de marcher dans ton unicité, dans la réalité que tu es aimé, que tu es précieux et de grande valeur.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :