Familles parfaites? Familles saines et fonctionnelles!

par | Jan 24, 2020 | Développement personnel, Vie de famille | 0 commentaires

As-tu déjà vu des familles qui avaient l’air parfaites vues de l’extérieur ?

Des familles qui dégagent une atmosphère agréable et un sentiment d’amour, d’acceptation, de respect et de détente même quand on apprend à mieux les connaître ?

Nous savons tous qu’il n’y a pas de famille “parfaite”.

Et pourtant, j’ai déjà rencontré des familles où j’ai ressenti une sorte de “perfection”.

Je me suis toujours demandé comment cela était possible. Je voulais aussi fonder une famille où l’on retrouve cette atmosphère chaleureuse !

Je savais que le genre de perfection que je percevais dans ces familles n’avait rien à voir avec l’absence d’erreurs, de faiblesses ou de défauts. Les parents ne faisaient pas tout de manière irréprochable. Les enfants étaient des enfants “normaux” avec leur personnalité et leurs défis uniques.

Il ne s’agissait pas non plus d’un style d’éducation spécifique, du statut social des parents ou de leur situation financière.

Quand j’ai lu le livre de Bradshaw “La famille” il y a quelque temps, j’ai découvert la réalité d’une telle famille.

Il a décrit les 5 libertés, que Virgina Satir décrit entre autres sources dans son livre “Thérapie du couple et de la famille Thérapie familiale” d’une manière simple, mais impressionnante.

Les 5 Libertés

  • La liberté de voir et d’entendre ce qui est au lieu de :ce qui devrait être, ce qui était, ce qui sera
  • La liberté de dire (avec bienveillance et empathie) ce que l’on ressent et ce que l’on pense au lieu de ce que l’on croît qu’on devrait dire.
  • La liberté de ressentir ce que l’on ressent au lieu de ce que l’on croit qu’on devrait ressentir.
  • La liberté de demander ce que l’on veut plutôt que d’attendre qu’on nous en donne la permission.
  • La liberté de choisir et de risquer en son propre nom plutôt que de rechercher la sécurité et d’éviter de faire bouger le bateau (nos choix de confort).
J’ai pris conscience que dans toutes les familles qui avaient pour moi un “effet d’imitation”, on trouvait ces cinq libertés – ou du moins l’aspiration à ces cinq libertés.

Passons maintenant en revue ces 5 points un par un :

La liberté de voir et d’entendre ce qui est au lieu de :

ce qui devrait être, ce qui était, ce qui sera

Une telle famille vis dans l’ici et maintenant, authentique et présente.

Combien de fois nous torturons-nous avec des questions comme

” que se serait-il passé si ” ou
” si j’avais su, alors “.

Beaucoup se laissent envahir par des sentiments de culpabilité et se privent ainsi de vivre dans l’ici et maintenant.

Mais il se peut aussi que nous manquions de vivre dans le présent parce que nous pensons constamment à une conversation que nous avons eue il y a quelques jours. Ou que nous restons sur une situation qui s’est produite il y a quelques jours et que nous sommes de mauvaise humeur et ennuyés par celle-ci.

Ou alors, nous rêvons du lendemain. Nous nous concentrons sur ce qui sera quand les enfants seront plus âgés et que nous pourrons enfin retrouver notre travail, nos études ou nos loisirs bien-aimés.

Nous rêvons du jour où nous aurons assez d’argent pour nous payer la maison, la voiture ou les vacances de baignade dans les Caraïbes.

Il y a des milliers de choses qui se passent à l’avenir.

Si nous ne faisons pas attention, nous allons manquer le présent – et toute la beauté, l’unicité et les moments de qualité que l’on peut vivre dans le “maintenant”.

La liberté de dire (avec bienveillance et empathie) ce que l’on ressent et ce que l’on pense

au lieu de ce que l’on croît qu’on devrait dire.

Dans une famille où cette liberté règne, chacun sait que ses sentiments et ses pensées ne sont pas évaluées, mais servent à se connaître plus profondément et à construire une relation authentique avec chaque membre de la famille.

Personne n’a rien à cacher, chacun est libre de révéler son vrai soi, ses pensées et ses sentiments les plus profonds et d’être accepté dans une atmosphère d’amour, d’acceptation et de bienveillance.

Les personnes qui ont appris à marcher dans cette liberté n’ont pas besoin de cacher qui elles sont vraiment, dans l’espoir d’être acceptées. Ils n’ont pas besoin de plaire aux autres par une fausse modestie ou humilité.

Comment ce point peut-il être appliqué concrètement dans une famille ?

Je crois que cela commence par nous, les adultes dans la vie des enfants qui nous sont confiés.

Dans ma famille, les pensées et les sentiments de nous, les enfants, n’étaient ni désirés ni n’avaient le droit d’exister. Ce fut un long processus pour moi d’entrer dans cette liberté, de partager mes pensées et mes sentiments et d’avoir le courage de les défendre. Ce site web, où je partage mes pensées et mes sentiments chaque semaine, soutient et accélère ce processus.

 La liberté de ressentir ce que l’on ressent
au lieu de ce que l’on croit qu’on devrait ressentir.

Cette liberté approfondie ce dernier point, le rend encore plus profond.

Comment réagir face à la colère d’un enfant ? Ou la peur ? Que faisons-nous de l’excitation et d’un comportement exubérant de nos enfants – surtout lorsque nous sommes simplement fatigués et avons besoin de repos ?

Dans une famille où chacun est autorisé à exprimer ses sentiments, il y a toute la gamme des sentiments. Chaque émotion a sa validité, elle ne doit pas être supprimée ou bloquée par crainte d’être moins aimée et acceptée en l’exprimant.

Le monde émotionnel que chacun de nous héberge dans son intérieur  est une carte qui nous aide non seulement à découvrir qui nous sommes, mais aussi à comprendre les autres. Car si nous ne savons pas comment les autres se sentent, il sera difficile de répondre à leurs besoins dans notre relation avec eux et vice versa.

Il y aurait encore beaucoup à dire de ce sujet, car souvent les enfants, quel que soit leur âge, sont incompris et punis ou rejetés pour leurs sentiments. Pour la simple raison que beaucoup d’entre nous, adultes, n’ont pas appris à percevoir les sentiments, à les soutenir – et à les gérer de manière constructive.

La liberté de demander ce que l’on veut

plutôt que d’attendre qu’on nous en donne la permission.

J’aime quand nos enfants nous demandent librement ce qu’ils désirent. En fonction de leurs souhaits et de leur âge, nous leur répondons dans la mesure du possible.

Le plus important est qu’ils sachent que nous ne les humilierons ou ne les mettrions jamais dans l’embarras pour exprimer leurs désirs. Nous voulons leur donner cette liberté d’apprendre à penser par eux-mêmes et à ressentir et exprimer leurs besoins.

Cela commence par nous, les adultes, qui sommes des modèles.

En ce moment, Benny travaille beaucoup. Il y a un mois, il a déménagé son entreprise et maintenant il a beaucoup à faire.

Beaucoup de choses restent à moi de faire. Je pourrais devenir de plus en plus frustrée et réagir avec impatience et irritabilité envers mes enfants. Je pourrais leur dire à quel point elles sont énervantes en ce moment. Ou alors, je pourrais prendre mon besoin de faire une pause et prendre la liberté de communiquer ce besoin de manière constructive.

“Benny, je comprends que tu sois très occupé en ce moment. “Mais j’ai vraiment besoin d’une pause. “Ne pouvons-nous pas simplement prendre un peu de temps pour passer quelques jours de détente en famille ?”

C’est ce que nous allons faire la semaine prochaine, lorsque nous partirons spontanément en vacances tous ensemble pendant quelques jours.

 La liberté de choisir et de risquer en son propre nom
plutôt que de rechercher la sécurité et d’éviter de faire bouger le bateau (nos choix de confort).

Imaginez que tu as un chocolat préféré et que tu veux t’assurer que ce chocolat ne sera jamais en rupture de stock lorsque tu auras besoin d’une recharge.

Dans cette situation, ” rechercher la sécurité et d’éviter de faire bouger le bateau ” peut signifier que tu vides une étagère et que tu en rachètes bien avant que ta réserve ne soit épuisée.

Choisir et de risquer en son propre nom signifie ici que tu n’achètes que la quantité que tu veux manger jusqu’au prochain achat. Et s’il n’y en a point en ce moment ? Alors, tu essaies quelque chose de nouveau et tu goûtes un autre chocolat. Tu prends des responsabilités et tu oses avancer en toute liberté et prendre un certain risque. Tu ne te sens pas comme une victime, même si ta réserve de chocolat est épuisée, mais tu as le courage de prendre ta vie en main et d’essayer autre chose.

 

La vie – et surtout la vie de famille – est pleine de ces situations.

Nous voulons apprendre à nos enfants qu’il est bon de prendre des risques réfléchis. Un échec peut aussi signifier de nouvelles possibilités et les problèmes sont un tremplin vers la maturité.

J’ose dire qu’une famille saine et fonctionnelle est une famille où chaque membre peut vivre ces cinq libertés.

Il s’agit de la possibilité d’exercer les pouvoirs dont nous disposons librement et de manière constructive.

 

  •   Ces cinq libertés permettent à chaque membre de la famille de vivre dans sa véritable essence et d’affronter le monde en tenant compte de ses propres besoins.
  • Ces 5 libertés sont dirigées contre tout système perfectionniste qui veut juger la valeur de l’être humain individuel en fonction de son comportement.
  • Vivre ces 5 libertés signifie que je peux librement communiquer mes sentiments, mes pensées, mes désirs et mes besoins. L’art consiste à le faire d’une manière constructive et édifiante.

” Je me sens stressé et frustré et j’ai besoin d’une pause ” est bien mieux que ” tu es tellement égoïste et tu ne penses qu’à toi ” !

Mon souhait personnel est d’apprendre à nos enfants à marcher de façon responsable et puissante dans ces 5 libertés, à les appliquer à leur propre vie répandre ces libertés au tour d’eux.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :