Bien que cet article parle de l’âge de deux ans, Frank et Catherine Fabiano dans leur livre “Die Herzen unsererer Kinder berühren” (Toucher le cœur de nos enfants) nous donnent espoir en nous  disant que si nous avons manqué le but avec cette étape de vie, Dieu a donné une deuxième chance à nous les parents : L’adolescence ! Des principes semblables à  ceux dont je parle dans cet article s’appliquent à cette étape de la vie. 

Comment je me détends au milieu de “l’âge terrible”

par | Fév 8, 2019 | Éducation

Aujourd’hui, au moment où j’écris ce post, mon  dernier  fête son troisième anniversaire.

De nos quatre enfants, c’est lui qui a le plus eu ces manières typiques de deux ans appelées “l’âge terrible “, comme j’ai écrit dans cet article

Éclats de colère au supermarché, attitude de défi, révolte et comportement rebelle – nous avons tout vu.

Mais malgré tous ces efforts, j’ai trouvé cette phase extrêmement fascinante et même magnifique.

Dans cet article, je vais essayer de décrire ce que j’ai découvert et comment cette expérience a fait de moi une mère détendue qui se sent capable de faire face à cette phase dans un climat de détente.

Connaissez-vous le sentiment d’accablement ou d’être trop fatigué pour faire face à ce genre d’accès de colère ? Le sentiment d’être menacé dans votre autorité ? L’impuissance face à des émotions aussi fortes ? 

Plusieurs fois, quand j’ai dit “non” à mon petit garçon pour une raison quelconque, il a réagi avec une grande colère. Du tapotement de ses petits pieds jusqu’à me frapper, se jeter par terre et crier, il avait de nombreuses façons créatives de s’exprimer pleinement. Bien sûr, comme tout parent, je n’aime pas du  tout qu’on me frappe. Les crises au supermarché (et les regards  reprocheurs) ne sont pas non plus mes préférées. Un petit garçon qui pique  des crises de colère ne correspondent pas vraiment à mon emploi du temps chargé.

Ce n’est  pas pour rien qu’on appelle cet étape de vie “l’âge terrible” ! Il  y a beaucoup de livres qui vous disent comment réagir à un tel comportement de vos tout-petits. Nous pouvons voir la super-nanny dans la  télé  américaine faire face  efficacement à ce genre de comportement, nous donnent  le sentiment qu’il s’agit de la “bonne méthode” pour contrôler le comportement pendant cette étape de la vie de nos enfants. 

Notre enfant de deux ans s’est avéré être le garçon le plus doux, le plus tendre, le plus étonnant et le plus fascinant que l’on puisse imaginer.

Vous vous demandez peut-être comment le comportement décrit ci-dessus et cette affirmation vont de pair. 

Eh bien, je pense que la croyance que nous portons en nous influencera grandement  notre réaction face au comportement de notre tout-petit.

 “Un accès de colère est un rejet absolu de l’autorité parentale. Les parents doivent isoler l’enfant (avec une promesse de conséquences) et le châtier une fois qu’il s’est calmé (dans Growing Kids God’s  way).

Ou selon les mots d’un autre expert :

“Les crises de colère sont une  forme de comportement provocateur qui peut être éliminée par un ou plusieurs coups appropriés. (p.108, J.Dobson, The  new  dare  to discipline)

“Certains enfants de volonté forte exigent que vous leur bottez le  derrière,  et leurs souhaits soient réalisés… deux ou trois bons coups de poing aux jambes ou les fesses avec une tige sont généralement suffisants pour le faire comprendre, ´Tu dois m’obéir.´ (J.Dobson, The new  strong  willing Child )

 Quand je lis de tels livres et que je vois ce que ces “experts” implantent dans la tête des parents, mon cœur pleure. 

Il est plus que  naturel qu’un tel point de vue déclenche la colère et nous incite les parents à réagir fermement lorsque nous sommes confrontés à une crise et à la colère de notre tout-petit – encore pire lorsque ce tout-petit nous frappe dans sa colère !

Mais je ne penserais jamais de cette  façon de mon enfant ! Je n’interpréterais jamais les réactions et les actions de mon tout-petit de cette façon !

 J’aimerais vous montrer ce que j’ai découvert et comment nous avons découvert un petit garçon doux, charmant et tendre au milieu de “l’âge terrible défi !

L’empathie et la compassion peuvent faire des merveilles

Je suis toujours étonné de voir comment mon petit garçon réagit quand je rencontre sa colère, sa frustration et sa rébellion avec empathie et compassion. 

J’ai appris qu’une attitude “souveraine” de ma part (je suis la mère, tu peux crier comme tu veux, tu ne l’auras pas !) ne peut pas rivaliser avec les fois où je lui tends la main avec empathie et compassion. Elle ne peut pas rivaliser avec les fois où je lui montre que je me soucie, que je comprends… Et que je l’aime peu importe son comportement.

Comme j’ai fait quelques tests dans ce qui l’aide le plus, j’ai trouvé que lui demander tendrement : 

“Oh, tu es si contrarié parce que tu voulais ce chocolat ? “ 

Ça lui ouvre le plus souvent un chemin vers son petit cœur. Après avoir découvert les sentiments qu’il ressent dans ces moments-là, je dis : 

“Oh, je comprends. C’est vraiment frustrant, triste, défiant, etc. Tu veux venir dans mes bras ?” 

La plupart du temps, il  viens dans mes bras et  se blotte contre moi, posant sa tête sur mon épaule en sanglotant encore un peu. Parfois, au bout d’un certain temps (et je suis toujours fasciné quand cela arrive), il me le dit : 

“C’est bon, je vais bien maintenant”

 et il descend pour jouer.

Souvent, ses émotions fortes ne sont pas une sorte de “désobéissance” ou de “défi à ma volonté”, mais sont dues à sa maturité et à sa vision du monde limitée par son âge.

Pendant que j’écris ces lignes, nous sommes en vacances de ski en Allemagne. C’est quelque chose que nous n’avons jamais fait auparavant. Nous parlions de ces vacances quand nous étions encore à la maison, nous parlions avec enthousiasme de la façon dont nous allions “aller skier”. C’est alors qu’il a crié de façon alarmante 

“Non ! Je ne veux pas skier !!!!!”

Ok, j’ai répondu doucement, pas de problème. Tu préfères aller te baigner ? (sachant qu’il connaissait bien le sens de ce mot).

Il s’exclama joyeusement :

 “Oui, baigner !”

Maintenant, dans ces vacances, c’est lui qui aime absolument skier !!!!! Je n’avais apporté que quelques skis en plastique pour lui, qui ne sont pas vraiment adaptés pour faire du ski sérieux. Mais après qu’il nous ait échappé, à la 1re chose, pour descendre la piste à pleine vitesse, nous avons décidé de lui louer une paire de vrais skis. Il aime vraiment ça. 

Il en va de même pour tout ce qu’il fait rarement, comme par exemple monter dans une téléphérique. Alors que nous approchons  de la téléphérique, il hurle :

 “NON, je ne monte pas là dedans !” 

Je lui parle tendrement, le tenant dans mes bras : 

Tout va bien se passer ! Maman est là ! Je te serrerai fort !

En seulement deux à trois minutes, il s’installe et apprécie le trajet.

J’ai appris que souvent “sa volonté” est tout à fait acceptable.

  • “Oh, tu veux mettre  tes vêtements tout seul ? Et voilà, fais-moi savoir si tu as besoin d’aide !”
  • “Tu préfères le gobelet bleu au gobelet rouge ? Pas de problème !”
  • “Tu veux rester un peu plus sur le terrain de jeu ? Ok ! Disons cinq fois en descendant le toboggan, c’est bon pour toi ?”
  • “Wow, je vois que tu es très fatiguée et contrariée en ce moment. Aimerais-tu faire une petite balade à vélo (quelque chose qu’il aime et qui le détend) – ou est-ce qu’on fait un puzzle ensemble ?

Sa colère ne fait pas de lui un “mauvais, rebelle et méchant” garçon. 

Je me souviens de l’époque où je travaillais comme serveuse dans un restaurant. Le propriétaire du restaurant avait une façon très difficile de traiter ses employés. Parfois, après avoir été traité ainsi, j’étais tellement en colère… J’ai rêvé de lâcher ce plateau plein de verres en plein milieu du restaurant, pour exprimer ce que je ressentais. Bien sûr que je n’ai pas fait ça. Je ne voulais pas payer toutes ces verres.

 Ces sentiments ont-ils fait de moi une ” vilaine fille ” ?

Je suis sûr que vous ne m’auriez pas considérée comme une mauvaise fille après avoir lu ce que j’ai vécu et les émotions que je ressentis.

Et si j’avais lâché ce plateau plein de verres ?

 J’aurais probablement mérité un secouage de tête pour ça. Vous reconnaîtriez le niveau de colère que j’avais en moi. Mais quand même, je n’aurais pas été une “mauvaise fille rebelle”.

 

Le point avec cette histoire est ceci : Je sais comment gérer ma colère.

Parfois, je rentrais chez moi et pleurais ma colère dans mon oreiller. Ou je suis allé courir. Après quelques mois, j’ai quitté le travail et j’en ai trouvé un bien meilleur.

 

Voyez-vous, je crois qu’un tout-petit peut être tout simplement cela : Une petite personne avec de grandes émotions. Avec la grande différence qu’ils ne savent pas encore comment y faire face. Et la colère est une composante naturelle de la vie – déjà à ce stade de la vie, donc ce n’est pas à nous de les punir d’avoir expérimenté cette colère. À combien plus forte raison, notre travail consiste à leur apprendre comment y faire face. Enseignez-leur la compassion, la tendresse, la maîtrise de soi, l’amour, la paix, la patience… 

Ma réaction émotionnelle personnelle à cette étape de la vie de mon tout-petit a changé lorsque j’ai compris que mon petit garçon ne cherchait pas à rejeter mon autorité parentale. Il ne s’agissait pas d’un “mauvais comportement” qui doit être éliminé pour que je puisse accomplir mon devoir parental. 

C’est simplement un petit garçon en colère avec des moyens créatifs d’exprimer sa colère – il a besoin d’apprendre à l’exprimer correctement.

Exprimer la colère de façon appropriée – ce qui n’est bien sûr pas fait en frappant maman (ou tout autre être vivant).

Mais aujourd’hui, je n’ai pas peur de perdre mon autorité parentale.

Je lui apprends simplement où frapper à la place.

La première fois, c’était presque comique :

 

Il était vraiment en colère, il criait, me frappait, me regardait avec ce regard d’enfant méchant et provocateur. Je lui ai dit doucement, mais fermement : Wow, je vois que tu es terriblement en colère ! Mais tu vois, être frappé fait mal ! Tu peux frapper le sol, la chaise ou même la table ici, mais pas moi, ça me fait mal ! Je lui ai montré en criant et en frappant sur la table, imitant sa colère. Il me regarda perplexe…. secouant la tête, se mettant à pleurer doucement. Je l’ai pris dans mes bras et là, j’avais un petit garçon dans mes bras, qui se calmait et m’embrassait fort.

Vielleicht verstehen Sie nun, wieso ich denke, dass dieses Alter so faszinierend sein kann.

Faszinierend, wie er auf meine Barmherzigkeit und meine Empathie, auf meine Nähe, meine Wärme und mein Verständnis reagiert.

Wie er, auch wenn ich ihm nicht gebe, was er will, meinen Trost annimmt.

Wie er lernt, mit seiner Frustration und Wut umzugehen, wie er seine Verletzlichkeit, seine einzigartige Art, diese Welt zu sehen, zeigt.

Wie er mir völlig vertraut – bis zu dem Punkt, dass er beim letzten Besuch beim Zahnarzt während der ganzen Behandlung friedlich auf meinem Schoss sass und einen Tom und Jerry Film über ihm ansah – und dies einfach nur weil er mir vertraut, wenn ich sage, dass alles in Ordnung sein wird.

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :