Les enfants et la technologie – prévenir ou promouvoir ? 2e partie

par | Mar 25, 2019 | Éducation, Vie de famille | 0 commentaires

La génération actuelle de parents (surtout ceux qui ont déjà des plus grands enfants et des adolescents) a encore eu une enfance avec des cassettes, des Walkmans, des télévisions à trois canaux et des cabines téléphoniques. Les premiers ordinateurs de l’époque ne peuvent être comparés à ce que nous avons aujourd’hui.

Dans son livre “medienmündig” (maturité médiatique) Paula Bleckmann mentionne le terme “digital natives”. Ce terme fait de nos enfants des ” natives numériques”, des connaisseurs et des experts du monde numérique. Par contre, nous, les adultes, nous devenons des “immigrants ignorants” qui n’ont pas grand-chose (ou rien) à dire. (p.158, Medienmündig avec Paula Bleckmann).

maturité

Comme nous l’avons vu dans le dernier article, cette réalité est aussi une raison pour laquelle de nombreux parents sont ravis de voir que leurs enfants sont si compétents dans le domaine des médias électroniques. Pourquoi ils sont heureux quand les garderies et les écoles primaires sont équipées de tablettes et d’ordinateurs. Pourquoi ils envoient leurs enfants dans le monde du grand trafic médiatique sans protection ni conseils.

Mais Angela Indermaur, la conférencière, nous a expliqué de façon très impressionnante, qu’il s’agit de plus que de compétence. 

 Non pas la compétence médiatique, mais maturité médiatique

 

Revenons à la signification du terme “maturité” : 

“La maturité décrit l’état après l’achèvement d’un développement. Tant que l’enfant ou l’adolescent est trop jeune pour réfléchir à ses objectifs et à ses besoins à long terme ou pour en préconiser la prise en compte, tant qu’il est trop jeune pour reconnaître les inconvénients ou les dangers possibles pour son développement, il sera placé sous la protection d’un adulte qui s’engage envers lui et le représente “.
P.33 , dans le livre “Medienmündig” de Paula Bleckmann.

 

C’est pourquoi, nous a expliqué Angela Indermaur, il nous appartient, en tant que parents, éducateurs et enseignants, de guider nos enfants dans cette éducation aux médias et ce pas à pas.

maturité

La maturité prend du temps. Tel que mentionné dans le dernier article, nous ne laisserons pas un enfant de huit ans conduire une voiture, même si nous savions qu’il avait la compétence pour le faire. Nous serions conscients qu’un enfant de huit ans n’a pas la maturité requise pour se déplacer de manière responsable dans la circulation routière.

Nous ne laisserions cet enfant au volant qu’à partir de l’âge minimum, avec un instructeur d’auto-école et un permis d’apprenti conducteur. Ensuite, nous pratiquerions d’abord la conduite, l’accélération et le freinage, le stationnement et le démarrage en pente.

Nous savons tous qu’une distinction est faite entre compétence et maturité dans ce domaine.

Pour grandir jusqu’à cette maturité, nos enfants ont besoin d’adultes pour les accompagner sur le chemin de la maturité.

Nous n’avons pas besoin d’être des professionnels de la technologie pour cela.

Peu importe que nous soyons des “immigrants ignorants” dans le domaine des médias.

 Mais à quoi ressemble ce cheminement vers la maturité ? Comment pouvons-nous favoriser et soutenir le processus de maturation de nos enfants ?

Et comment les parents peuvent-ils influencer le monde des médias de leurs enfants ? Avons-nous besoin d’un contrôle du fer ? Ou préférable une attitude qui inclut une certaine liberté ?

 Dans son livre “Retrouver son Role de Parent“,  Dr Gordon Neufeld donne des réponses claires et compréhensibles à ces questions. Dans la version révisée, (qui n’éxiste malheureusement pas en francais) nous trouvons également tout un chapitre sur les médias dans la vie quotidienne de nos enfants.

Il décrit, entre autres, comment il s’agit de la relation, ou plus précisément, de l`attachement entre nous et notre enfant.

Parce qu’un attachement, dans lequel l’enfant se sent en sécurité avec nous, est la base essentielle sur laquelle un enfant peut grandir et mûrir – et devenir une personne responsable.

 

Dans le deuxième chapitre de son livre nous trouvons également les six modes d’attachement expliqués étape par étape. Il est décrit ici comment l’attachement change et se développe.

  1. Dans le premier stade d’attachement, l’objectif est la proximité physique.
  2. Puis le stade d’attachement de la  ressemblance/similarité. L’enfant essaye d’être comme la personne qui est       la plus proche de lui.
  3. Le tout-petit attaché revendiquera la propriété de la personne ou de la chose à laquelle il est attaché – maman, papa, un nounours ou sa petite sœur. C’est le stade d’appartenance et de loyauté.
  4. Le quatrième type implique la recherche de la signification, le sentiment d’être important pour quelqu’un.
  5. Trouver la proximité par le sentiment. Par des sentiments émotionnels d’affection, d’amour et de chaleur.
  6. Etre connu. Se sentir proche de quelqu’un, c’est être proche de lui. Les enfants qui recherchent ce type d’attachement avec leurs parents sont réticents à leur cacher des secrets parce qu’il conduit à une perte de proximité.

Idéalement, ces stades se développent au cours des six premières années de la vie, mais cela peut aussi prendre beaucoup plus de temps. La bonne nouvelle est que le développement est toujours possible, même à l’âge adulte !

 Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans cet article.

En résumé, on peut dire de ces six stades d’attachement que l’attachement est au cœur du processus de maturation.

Un enfant qui est ancré dans le stade d’être connu dans sa relation avec ses parents sera capable de traiter le monde des médias d’une manière très différente d’un enfant qui se déplace aux niveaux précédents.

Imaginez qu’un enfant (ou un adolescent) dans son processus de maturation a été bloqué au niveau d’attachement de la similitude et cette importance de la similitude est évidente dans ses rapports avec ses camarades de classe et ses amis.

Un tel enfant n’aura pas la maturité nécessaire pour réfléchir de manière critique à la façon dont il traite son accès au monde des médias (voir la tour des médias dans le dernier article). Il fera simplement ce que font les personnes qui l’entourent et avec lesquelles il a le plus d’attachement – et souvent ces personnes sont du même âge (avec aussi peu de sagesse et de maîtrise de soi qu’il n’en a lui-même).

Pire encore, l’enfant utilisera les médias (sociaux) pour satisfaire sa soif d’attachement. C’est-à-dire qu’elle gardera ainsi ses pairs proches (1er stade d’attachement) et qu’elle s’efforcera par tous les moyens d’égalité et d’appartenance. (2ème stade d’attachement )

 C’est aussi la raison pour laquelle il est si important que nous construisions un attachement profond et sûr avec nos enfants. Pour que nous, les parents (ou toute autre personne responsable), pouvons amener nos enfants à la maturité.

 

Gordon Neufeld décrit dans le chapitre sur l’ère numérique : 

Il y a un temps et une saison pour la connexion sociale numérique. C’est après que les enfants aient été rassasiés par un contact adulte.

Une fois que l’enfant est plein de nourriture qui l’édifie, les desserts sont un plaisir relativement inoffensif. À ce moment-là, nous pouvons nous permettre d’être plus détendus dans notre contrôle. De même avec la faim d’attachement. La pire de choses que nous puissions faire, c’est d’envoyer l’enfant loin de nous, affamé. Cela ne fait que préparer le terrain pour l’orientation vers les pairs et ensuite pour l’utilisation généralisée d’appareils numériques qui permettent aux jeunes humains immatures de rester en contact avec leurs pairs. 

 Traduit du livre “Hold on to your Kids”, dans le chapitre sur l’ère numérique. Ce chapitre a été ajouté dans l’édition révisée récemment. 
Malheureusement, la version française “RETROUVER SON ROLE DE PARENTe” n’as pas été révisée. 

 

En d’autres termes, Neufeld explique que nous ne pouvons pas protéger nos enfants du monde des médias en les contrôlant par le fer. Nous ne pourrons pas non plus les amener à cette maturité par le contrôle.

 Cela se produit grâce à l’attachement que nous construisons avec nos enfants – et que nous maintenons. C’est la seule façon pour eux d’être saturés de “bonne nourriture” et de pouvoir facilement prendre un “dessert” sans risquer d’utiliser le monde des médias pour satisfaire leur soif de ce lien.

 

La conférencière Angela Indermaur a conclu cette partie par les mots suivants :

“Les médias numériques ou les médias sociaux n’appartiennent qu’aux enfants qui sont satisfaits par l’attachement. Le secret réside dans le bon moment. Pour vraiment mûrir, nos enfants ont besoin d’être satisfaits de ce dont ils ont vraiment besoin avant d’avoir accès à des choses qui leur coupent l’appétit pour ce dont ils ont vraiment besoin.

Tant que les enfants n’ont pas été capables de s’engager profondément dans la vie réelle, le monde numérique n’offre pas ce dont ils ont vraiment besoin. Pire encore, cela les empêche souvent d’avoir ce dont ils ont vraiment besoin, un attachement profond et sûr à une personne adulte et bienveillante.

 

Comment sommes-nous satisfaits ? Avec des muffins au chocolat ?

Nous ne donnerons pas à nos enfants un nombre illimité de sucreries à manger, mais nous leur donnerons un dessert seulement après un repas nutritif.

C’est pareil pour les médias sociaux. Lorsque les enfants qui ne sont pas pleins d’attachement, c’est-à-dire qui n’ont pas été capables de développer un attachement profond et sûr à une personne adulte bienveillante, essaient de satisfaire cette faim par le biais des médias sociaux, c’est là que cela devient dangereux et malsain. 

Dans la troisième partie de la conférence, la conférencière Angela Indermaur nous a emmenés dans la vie quotidienne avec ses trois adolescents. Elle nous a donné un aperçu de la façon dont ils ont traité avec succès les médias.

Ce sera le sujet de notre prochain article : Comment nous pouvons façonner la vie quotidienne avec nos enfants d’une manière très pratique.

 

maturité

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :